English

You are here

Nous restons vigilants dans notre rôle de veille sur les engagements pris

Vous avez participé à la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD au-delà de 2015) organisée par l’ONU à New York en Septembre dernier, que retenez-vous de la rencontre ?
Balla Moussa Diédhiou : Je me réjouis que les états sont largement en faveur du maintien du caractère central du Programme d’action et de la poursuite des mesures clef nécessaires à sa mise en œuvre au-delà de 2014. Nos points de convergence sont les suivants : la santé et les droits sexuels et reproductifs sont énoncés plusieurs fois dans le document final. Ceci nous amène à penser que ce sujet n’est plus autant controversé qu’il ne l’était en 1994. Une part belle est donnée aux jeunes et aux femmes, particulièrement aux jeunes filles dans le document final.

Quels ont été les sujets de divergence ?
BMD : Les grandes divergences ont porté sur certains points des droits sexuels, en particulier sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre ; aussi sur la question de l’avortement, la santé de la reproduction des adolescents et jeunes et sur le caractère négociable ou non du document final de la conférence. Nous avons abordé les thèmes connexes, dont les coûts sociaux de la discrimination et le vieillissement de la population.

Quelles sont les perspectives pour les associations membres de l’IPPF ?
BMD : Au vu des recommandations contenues dans la déclaration finale de l’Assemblée Générale sur la CIPD, les perspectives pour les Associations Membres de l’IPPF sont excellentes car tous nos axes et domaines stratégiques figurent dans le document final de la conférence. Les Associations Membres devront veiller à la mise en œuvre correcte des recommandations au plan international par toutes les parties prenantes, notamment les états et les partenaires au développement. D’autres perspectives s’offrent aussi aux Associations de l’IPPF : créer des coalitions fortes pour que l’agenda de développement du post 2015 tienne compte des conclusions de la CIPD+2014, notamment en matière de SR.

Quel rôle pourrait jouer l’IPPF dans l’agenda post 2015 ?
BMD : l’IPPF joue un rôle essentiel dans le processus de développement des futurs agendas de développement, particulièrement dans l’agenda post OMD. Nous sommes efficaces dans plusieurs registres, de l’expertise-conseil au plaidoyer auprès des gouvernements et des partenaires au développement en passant par le lobbying, la mobilisation des ressources, la sensibilisation et l’information autour des thématiques de la santé et des droits sexuels et reproductifs pour que ceux-ci figurent dans les futures priorités. L’IPPF travaille seule ou en coalitions avec d’autres acteurs internationaux afin de mieux faire se faire entendre pour une finalité : faire de la santé et des droits sexuels et reproductifs des priorités dans l’agenda pour le développement post 2015.

Quelles vont être les priorités pour la société civile dont les réseaux pour la promotion de la SR que vous coordonnez au Sénégal et dans la sous-région ouest- africaine ?
BMD : Notre mobilisation reste entière et permanente pour que l’intérêt de la société civile reste constant sur le sujet de la santé et des droits sexuels et reproductifs, tout autant que pour les thèmes oubliés ou négligés Par thèmes oubliés ou négligés, je fais référence à l’autonomisation de la femme, la question des jeunes et des adolescents, la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, la réduction des avortements à risques, le repositionnement de la planification familiale et la réduction des besoins non satisfaits en planification familiale et enfin le financement accru de la santé de la reproduction. De même, nous allons poursuivre le plaidoyer auprès des gouvernements. Nous restons vigilants dans notre rôle de veille sur les engagements pris, tant par les partenaires au développement, que par les gouvernements pour la mise en œuvre des recommandations et plans d’actions futurs et pour leur financement

Propos recueillis par ABD et ASD

Undefined

Our Partners



Recent comments

No comments available.

Discussion on Twitter