English

You are here

La société civile évalue les OMD

Le CONGAD a publié en décembre 2013 un rapport à titre de contribution des Organisations de la Société Civile (OSC) du Sénégal à l’évaluation des OMD. Il s’agit d’un état des lieux exhaustif et sans complaisance, dressé par les acteurs de la société civile sur la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement, etc.  

Certes, la société civile apprécie à leur juste valeur les progrès réalisés dans certains secteurs (promotion des droits des femmes, accès à l’éducation, à la santé et à l’eau potable), mais elle émet des critiques puisque l’indice de développement humain 1(L’indice de Développement Humain se fonde sur trois critères majeurs :  l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’éducation, et le niveau de vie.) reste faible. Au chapitre des points forts, les OMD ont permis de construire un cadre  fédérateur  de  développement  (avec  des  objectifs  précis  et  chiffrés)  et  ont  créé  une mobilisation nationale et internationale pour le développement. Ils ont donc boosté les  réalisations  au  bénéfice  des  populations,  issues  des  politiques  et  programmes nationaux de développement (donnant à ces derniers de la visibilité).

Les  faiblesses  des  OMD  se  situent  principalement  au  niveau  du  processus d’élaboration  et  de  sa  mise  en  œuvre.  Selon  les  termes  du  rapport,  les  OSC considèrent que « le processus de formulation n’a pas été participatif, les priorités n’ont pas été identifiées par les bénéficiaires et la liste des OMD est restrictive par rapport aux besoins ». Aussi, les OSC retiennent que « très généraux, les OMD  n’ont  pas  apporté  de  réponses  adéquates  aux  défis  du  développement dans les pays pauvres. Les réalisations sectorielles et les réformes n’ont pas eu d’incidence significative sur les crises économiques et alimentaires persistantes, les changements climatiques, l’accentuation des inégalités et de la pauvreté ». 

Au regard des OSC, cet échec au niveau des états est en partie dû à la communauté internationale,  notamment  les  pays  riches  qui  n’ont  pas  tenu  l’engagement de consacrer 0,7% de leur Produit Intérieur Brut (PIB) à l’aide au développement.

Dans la perspective de l’après 2015, le CONGAD a identifié 12 priorités : l’accès à  la sécurité et à la souveraineté alimentaire, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, l’accès à la santé et à la protection sociale, l’accès à une éducation  de qualité, l’accès à un cadre de vie sain, l’accès à l’énergie en particulier aux énergies nouvelles et renouvelables, l’accès à un emploi décent, l’accès aux nouvelles  technologies,  la  consolidation  de  l’Etat  de  droit  et  l’accès  à  une  justice indépendante, la consolidation de la démocratie, la lutte contre la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles et enfin la réalisation d’infrastructures routières durables (routes bitumées et pistes de production).

Pour autant, les OSC ont formulé des recommandations d’ordre général et aussi des recommandations  spécifiques  axées  sur  les  OMD  afin  de  parvenir  à  l’amélioration des  conditions  de  vie  des  citoyens  par  la  promotion  des  droits  humains  et  l’accès durable aux ressources et aux services sociaux de base. En particulier, elles exhortent à « replacer le citoyen et son épanouissement au cœur des préoccupations et des cadres de développement aux niveaux local, national et global, et installer l’évaluation et le contrôle citoyen au cœur du système de gestion du cadre et des politiques de développement ».   

Synthèse de Moussa MANE
Directeur des Programmes

En 2000, lors du Sommet du Millénaire des Nations Unies à New York (ÉtatsUnis), 193 États membres de l’ONU et au moins 23 organisations internationales, se sont engagés à atteindre huit objectifs couvrant de grands enjeux humanitaires pour 2015 : les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) / Millennium Development Goals en anglais).  

Les objectifs du Millénaire :  

  • Réduire l’extrême pauvreté et la faim.
  • Assurer l’éducation primaire pour tous.
  • Promouvoir l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes.
  • Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans.
  • Améliorer la santé maternelle.
  • Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies.
  • Assurer un environnement durable.
  • Mettre en place un  partenariat mondial pour le développement.
Undefined

Our Partners



Recent comments

No comments available.

Discussion on Twitter